Adobe contre-attaque Apple

Suite à la lettre ouverte de Steve Jobs contre Flash, Adobe, contre-attaque avec une campagne publicitaire contre la firme à la pomme et sa politique.

La première affiche :   » Nous [aimons] Apple  »

La deuxième :  » Ce que nous n’aimons pas c’est ceux qui vous retire la liberté de choisir ce que vous créez, comment vous le créez et ce que vous vivez sur le web  »

Bon il reste que c’est deux belle compagnie ne prônent aucunement l’ouverture car Flash à 95% de part de marché, 75% des vidéos du Web, Flash est la première cause de plantage de Firefox et Mac et coté Apple on connait leur position sur l’ouverture de l’appStore et de leur OS.

Vive le multi-touch et à bas les brevets qui nous empêche de l'utiliser

Les applications Flash CS5 refusées par Apple sur l’iPhone

Comme vous le savez peut-être, le prochain Flash CS5 va permettre (à l’aide d’Adobe Air) de créer des applications Flash et Android avec les mêmes sources écrites en Action Script.

Un aubaine pour les développeurs qui connaissent déjà ce langage et une chance pour les autres qui ne devront pas apprendre le Java ou l’Objective-C pour faire des applications pour iPhone et Android.

Le problème c’est qu’Apple ne veut pas des applications faites à partir de Flash. Et à force Apple va se mettre à dos une partie des développeurs et une partie du public avec ce genre de propos protectionniste.

Et bien sur Adobe ne va peut-être rester les bras croisés et pourrait entreprendre des représailles envers la pomme et son parc de machines axé graphistes.

source, d’autres articles sur Android et sur l’iPhone

Les brevets sur mobiles et l’affaire Apple HTC

La récente affaire entre Apple et HTC portant sur les brevets US sur les mobiles révèlent un problème de plus en plus grand dans le monde des constructeurs de téléphones.
Apple reproche à HTC de violer 20 brevets (US patents) de l’iPhone :

  • U.S. PATENT NO. 7,657,849 – Unlocking a device by performing gestures on an unlock image
  • U.S. PATENT NO. 7,362,331 – Time-based, non-constant translation of user interface objects between states
  • U.S. PATENT NO. 7,479,949 – Touch screen device, method, and graphical user interface for determining commands by applying heuristics
  • U.S. PATENT NO. 7,469,381 – List scrolling and document translation, scaling, and rotation on a touch-screen display
  • U.S. PATENT NO. 5,920,726 – System and method for managing power conditions within a digital camera device
  • U.S. PATENT NO. 7,633,076 – Conserving power by reducing voltage supplied to an instruction-processing portion of a processor
  • U.S. PATENT NO. 7,383,453 – Automated response to and sensing of user activity in portable devices
  • U.S. PATENT NO. 5,455,599 – Object-oriented graphic system
  • U.S. PATENT NO. 5,848,105 – GMSK signal processors for improved communications capacity and quality
  • U.S. PATENT NO. 6,424,354 -Object-oriented event notification system with listener registration of both interests and methods
  • U.S. PATENT NO. 5,481,721 – Method for providing automatic and dynamic translation of object oriented programming language-based message passing into operation system message passing using proxy objects
  • U.S. PATENT NO. 5,519,867 – Object-oriented multitasking system
  • U.S. PATENT NO. 5,566,337 – Method and apparatus for distributing events in an operating system
  • U.S. PATENT NO. 5,929,852 – Encapsulated network entity reference of a network component system
  • U.S. PATENT NO. 5,946,647 – System and method for performing an action on a structure in computer-generated data
  • U.S. PATENT NO. 5,969,705 – Message protocol for controlling a user interface from an inactive application program
  • U.S. PATENT NO. 6,275,983 – Object-oriented operating system
  • U.S. PATENT NO. 6,343,263 – Real-time signal processing system for serially transmitted data
  • U.S. PATENT NO. 5,915,131 – Method and apparatus for handling I/O requests utilizing separate programming interfaces to access separate I/O services
  • U.S. PATENT NO. RE39,486 – Extensible, replaceable network component system

La grande partie de ces brevets ne sont passés qu’aux USA, et on été refusés en Europe car étant jugés trop basique ou brevetant un algorithme (je pense).
En effet ces derniers, bien qu’ayant permis une amélioration de l’interface des mobiles, je trouve qu’ils n’auraient pas du être approuvé car même s’ils sont nouveaux sur les portables, ils ne le sont pas dans l’informatique.
Les brevets US sont, à mon gout, trop permissif, d’ailleurs Apple a déposé ça, préparez vous à passer à la caisse :

Apple US Patent

Apple n’étant pas blanc non plus car, comme le prouve le graphique suivant, les violations de brevets sont légion dans le mobile :

Et Nokia a poursuivi Apple pour non paiement du brevet sur la 3G, qui je pense est plus évolué que les brevets d’Apple.

Pour finir voici un graphique sur la part de marchés des navigateurs sur mobiles dans le monde, dans lequel on voit bien qu’en France Apple tiens 70% du marché des smartphones :

Part de marché dans le monde pour les navigateurs sur mobile

source

Pourquoi les jeux sur Android ne se vendent pas

Pourquoi les jeux sur Android ne décollent pas ?

Il a pourtant l'air joueur non?

Il y a pas mal de points qui jouent pourtant en faveur de l’androïde vert :

  • SDK gratuit
  • Faible coût de mise sur le market
  • Language JAVA relativement répandu
  • Prise en charge d’OPEN GL (ES)

Mais il reste de gros défaut comparé à ses concurrents de la firme à la pomme :

  • Disparité énorme des plateformes (écran, clavier, fonctionnalités, vitesse du processeur, RAM,…)
  • Disparité des versions et lenteur des mises à jour par rapport à la dernière version
  • Multitouch non disponible sur tous les mobiles

Même si le parc de mobiles est moins homogène que celui des iPhone, iPod qui sont de la même taille, ont à peu près le même processeur, ont tous le multitouch et le compas 3d, le gros désavantage du parc Android c’est, je pense, que le multitouch n’est pas disponible sur toutes les marques.

On peut facilement gérer les processeurs plus ou moins puissant, la taille des écrans mais concernant le jeu, le multitouch est devenu indispensable surtout si on le dispose pas de croix directionnelle et de boutons physiques.

Cela ne pousse donc pas les gros éditeurs de jeux sur mobile, Gameloft en tête, à développer des dizaines de versions qui au final ne seront pas rentable (sur l’AppStore les utilisateurs aussi plus l’habitude de payer pour des jeux ou applications).

Au final, il va falloir attendre que le procès concernant le multitouch sur mobile détenu par Apple (aux USA) rende son verdict pour voir s’il est caduque ou pas ; car une société Taiwanaise (je crois) a elle aussi déposé un brevet dans ce sens avant celui d’Apple.
Et Google devra simplifier la mise à jour des mobiles pour que la dernière version de l’OS soit plus facile et donc plus rapide a déployer sur tout le parc de mobile Android (par exemple les problèmes d’implémentation de l’Htc Sense pour la 2.1 sur le Hero).

Pourquoi Apple ne devrait pas se mettre Adobe à dos

Et oui, pourquoi me direz-vous? Pourquoi Apple ne devrait pas se mettre Adobe à dos?

Outre le fait que les ingénieurs d’Apple et d’Adobe se mettent dessus. Apple dit qu’Adobe est feignant et c’est pour ça que Flash ne marche toujours pas sur Iphone (Itouch, Ipad…) et Adobe dit qu’Apple est de mauvaise fois et que la balle est dans leur camp.

Sinon sachant que la majorité des graphistes est sur Mac, et cette majorité bosse sur Photoshop, Flash, Dreamweaver, Illustrator, After Effects, Première (ah non me dit-on à l’oreille). Il vaudrait mieux qu’Adobe ne privilégie pas plus Windows, Linux ou pire Google OS.

Mais tout ceci n’est que histoire de gros sous (comme d’habitude), et même si Flash doit pas être simple à mettre en place et qu’il plante beaucoup (la majorité des plantages de Firefox), deux grosses sociétés à la pointe de la technologie devrait y arriver. Il marche bien sur Linux et Windows.

Le problème majeur est que les applications Flash sont assez évoluées pour faire de l’ombre aux applications de l’AppleStore et donc toucher au pactole de la pomme, et ça tonton Steve ne l’acceptera pas.